TEpLis

Très bonne participation pour le forum-débat "Valoriser ses effluents liquides"

Plusieurs intervenants et témoins ont pu se succéder pour apporter éléments techniques et retours d’expériences lors de ce forum-débat très complet.
Grégory Vrignaud, chargé de méthanisation à AILE, a pu nous exposer les caractéristiques des effluents liquides, leurs conditions d’utilisation de digestat sur plusieurs cultures, avec une approche économique Bénédicte Lagaise, agronome à la chambre d’agriculture des Pays de la Loire, a pu rappeler les conditions et calendrier d’épandage en Pays de la Loire. Hervé Masserot, conseiller en agroéquipements à la Fdcuma de Mayenne, a pu exposer les différents équipements...

Une unité de méthanisation collective à Derval

Lors du dernier comité technique du projet TEpLis, les participants ont pu visiter le chantier de construction de l'unité de méthanisation située sur le ferme expérimentale de Derval.
Cette unité collective regroupe 5 agriculteurs et la ferme expérimentale, qui vont apporter un peu plus de 50 % de la matière au méthaniseur (le reste provenant de Suez). La chaleur va être valorisée pour chauffer la piscine municipale (via un réseau enterré). A noter, en projet, l'investissement dans un matériel d'épandage spécifique (de type épandage sans tonne) pour valoriser le digestat. 

Epandre et enfouir jusqu’à 1200 m3 de lisier/jour

La cuma des Landes Pyrénées Innovation (LPI) (cuma interdépartementale Pyrénées Atlantiques et Landes) a une activité épandage de lisier avec une organisation qui dissocie le transport et l'épandage, depuis plus de 15 ans. Cette organisation est performante avec un débit de chantier pouvant atteindre les 1200 m3 par jour.
Le matériel de la cuma : 2 automoteurs Terragator : 15 m3 et 18 m3 avec enfouisseur (déchaumeur ou prairie) 5 tonnes à lisier (+ 20 m3) Organisation des chantiers : Les tonnes à lisier effectuent les allers-retours entre la fosse et le champ pour ravitailler l’automoteur. Ce dernier revient en bout de champ et pompe directement dans la tonne (pas de caisson de stockage). Il épand continuellement sans interruption d’où un débit de chantier important, jusqu’à 130 m3/h. Cet automoteur...

L'épandage sans tonne et sans contrainte

Dans le cadre du projet TEpLis (nouvelles organisations de transport et d'épandage de lisier), des conseillers en agroéquipements cuma de l’Ouest et leurs partenaires ont rencontré M. Jean-Pierre Tuffreau gérant de la société Matuboc. En effet, cette société a développé des solutions d'épandage de lisier et de digestat sans tonne, mais en s'affranchissant d'un certain nombre de contraintes liées à cette technique.
Le Quadraferti (ci-dessous) est un automoteur d'épandage sans tonne. Disponible de 24 à 36 m Permet d'épandandre sur des cultures en place Impact au sol limité (environ 12 tonnes) Le Duaferti (ci-dessous) a été lancé en 2016. Par rapport au quadraferti il permet de : - d'avoir un matériel neuf - un débit plus important - valoriser les tracteurs présents - adapter la largeur de voie Permet d'épandandre sur des cultures en place Impact au sol limité (environ 18 tonnes...

Mécaélevage 2018 Maine et Loire : 1er comité d'organisation

Le prochain Mécaélevage organisé par le réseau cuma, aura lieu en Juin 2018 dans le secteur de la Romagne/Cholet.
Le premier comité d'organisation pour préparer cet événement s'est déroulé le 26 juin 2017 à la Romagne avec visites de sites, définition des thèmes et avec la présence des cuma locales et des partenaire techniques.

Biolys : une cuma pour gérer le transport et l’épandage de 2 unités de méthanisation

Deux unités de méthanisation voisines, viennent de voir le jour dans le Maine et Loire (secteur Vihiers et Montilliers). La mise en place de ces 2 unités modifie les flux d’effluents par rapport aux pratiques habituelles. La logistique est donc repensée avec des besoins de transport vers les unités de méthanisation et un besoin d’outils spécifiques pour épandre les digestats liquides.
Les responsables ont fait le choix de créer une cuma spécifique pour la gestion de cette logistique (77 exploitations). Le groupe a investi dans un camion-citerne, 2 camions ampliroll, des caissons pour le fumier, des poches de stockage pour le digestat et un automoteur d’épandage à disques qui arrivera au printemps prochain.

Anticiper les impacts logistiques d'une unité de méthanisation sur la cuma

Le comité technique du projet TEpLis a rencontré deux responsables de la cuma de Martigné Ferchaud le 4 avril dernier. En effet, la mise en route d'une unité de méthanisation collective (Metha Ferchaud) en septembre dernier, impacte l'organisation logistique et d'épandage de la cuma.
Plusieurs questions se posent aujourd'hui pour la cuma :   le matériel actuel est-il adapté pour une bonne valorisation des digestats (tonne à lisier, épandage sans tonne, dispositif d'enfouissement) ?   le matériel actuel est-il adapté pour faire du transport et à quel coût, ne faut-il pas mutualiser un matériel spécifique pour les distances plus importantes ?   ne faudrait-il pas investir dans des lieux de stockage décentralisés pour réduire les pointes de travail au moment des épandages et se rapprocher des parcelles ?  Ce cas...

Du lisier sur des céréales : c'est possible !

"C'est pas compliqué, j'ai fait les calculs, je suis gagnant de valoriser mon engrais organique sur céréales, plutôt que d'acheter de l'engrais minéral", nous dit Nicolas Denieul, éleveur de porcs dans la Sarthe. Sur cette exploitation de 300 truies et de 300 ha de cultures, l'épandage du lisier de porc sur céréales avec dissociation du transport et de l'épandage, fait partie d'une approche globale.
La réflexion de l'exploitation est : 1 ha par truie, la valorisation des cultures pour aliment des porcs, l'itinéraire des cultures en semis direct et l'épandage du lisier sans tonne. Un épandage de lisier sur céréale possible même après une pluie de 60 mm 2 jours avant  Ce début mars, après un week-end de pluie, le chantier d'épandage programmé mi semaine était incertain. Mais après une bonne journée de ressuyage, le chantier a pu commencer. Organisation du...

Le NIR pour piloter ferti organique et ration

Le capteur Harvest Lab de John Deere (1) analyse et ajuste en temps réel les quantités de lisier épandues et la longueur des brins d’ensilage. Multi-usages, cet outil se place tour à tour sur l’ensileuse, puis sur la tonne à lisier. Différentes analyses sont possibles avec ce capteur, et les réglages matériels s’ajustent en temps réel pour apporter un plus dans la précision de sa fertilisation organique et de la qualité de sa ration.
Sur ensileuse, pour ajuster la longueur de coupe « Le jour de l’ensilage va conditionner tout le travail d’une année. » Pour cette raison, Paul Nerrière, nutritionniste chez Terrena, insiste sur la nécessité d’anticiper les choix techniques avant le chantier, comme la date de récolte, la longueur de coupe, l’éclatage des grains ou encore la dose de conservateurs à utiliser. Dans ce sens, le capteur proche infra-rouge (NIR) proposé par John Deere, analyse en temps réel divers composants de la...

Nouvelles organisations d'épandage de Lisier : témoignages de 2 cuma au Mécaélevage

Lors du dernier Mécaélevage à Yffiniac (Côtes d'Armor), les visiteurs ont pu voir plusieurs matériels d'épandage en démonstration : épandeurs à fumier, tonnes à lisier, automoteur d'épandage et épandage sans tonne. Ils ont également pu participer au forum débat "La tonne à lisier ne suffit plus", au cours duquel 2 cuma de l'Ouest ont témoigné sur leur organisation innovante en matière d'épandage de lisier :
La cuma de Plurien (22), qui pratique l'épandage de lisier sans tonne avec dissociation du transport et de l'épandage à l'aide d'une cuve tampon La cuma de la Pommeraye (49), qui pratique l'épandage de lisier sans tonne avec un automoteur (Quad@ferti) Retrouvez les panneaux témoignages de ces 2 cuma et également les panneaux présentés par Pierre Havard de la station des Cormiers (Chambre d'agriculture de Bretagne) ICI Plus d'informations sur : Le projet TEpLis : ICI Les...

Pages

S'abonner à TEpLis

Partenaires