Autonomie alimentaire

Affiner votre recherche

Trier en collectif pour plus d'autonomie

"Quelles ont été vos motivations de départ pour vous lancer dans un projet d'investissement de trieur ou chaîne de tri en collectif ?" L'ensembles des groupes trieurs en fonctionnement ont la même réponse : L'AUTONOMIE
Depuis un peu plus d'un an, le réseau cuma Ouest bouge sur la thématique, plusieurs groupes se sont lancés récemment dans l'activité tri des céréales et de protéagineux. Quel que soit  la valorisation des cultures : alimentation animale, alimentation humaine et fabrication de semence, l'objectif est maitriser la culture produite jusqu'à la transformation. Pour faire avancer la réflexion de certains, quoi de mieux que de rencontrer ceux qui pratiquent déjà. En décembre...

Stratégie de semis lupin/triticale : résultats d'essais

Après 3 années d'essais sur l'implantation de lupin associé à a du triticale, voici les résultats
Rappel du cadre des essais  Les protéagineux (pois, lupin et féverole) sont des cultures exigeantes et délicates dans la conduite. L’implantation est une opération importante, en terme de régularité et de profondeur de semis. Si on associe une céréale, on peut s’interroger sur la stratégie de semis à adopter. Les essais conduits depuis 3 ans, avec Terres Inovia (dans le cadre du projet PROGRAILIVE), avaient pour finalités d’apporter des réponses sur la stratégie la plus int...

Trier efficacement en cuma

Nettoyer sa récolte pour la stocker dans de bonnes conditions, faire ses semences de ferme, séparer son mélange pour valoriser différemment céréales et légumineuses… Toutes ces actions nécessitent de trier des grains. Voici les grands principes de tri, les technologies, ainsi que des exemples de matériels en cuma.
Le tri (ou séparation) des grains se fait selon 3 principaux critères : la forme la densité la couleur Les différents systèmes de tri se basent sur l’un de ces critères, mais comment savoir le ou lesquels choisir selon son objectif de valorisation des grains (alimentation animale, production de semences, alimentation humaine) ? Le n°1 : le trieur à grilles Quel que soit l'objectif de tri (qui dépend de la valorisation souhaitée), le passage par des grilles est indispensable...

Association protéagineux/céréales : quelle stratégie de semis ?

L’association de cultures a des avantages, bien connus en agriculture biologique : maitrise des adventices, effet tuteur de la céréale pour le protéagineux et aussi une certaine sécurisation de rendement s’il y a un accident sur le protéagineux. Mais quelle stratégie d'implantation adopter ? En 1 passage ou 2 passages de semoir ? Semoir à céréales ou monograine ?
Les protéagineux (pois, lupin et féverole) sont des cultures exigeantes et délicates dans la conduite. L’implantation est une opération importante, en terme de régularité et profondeur de semis. Si on associe une céréale, on peut s’interroger sur la stratégie de semis à adopter. Les essais conduits depuis 3 ans, avec Terres Inovia (dans le cadre du projet PROGRAILIVE), ont pour objectifs d’apporter des réponses sur la stratégie la plus intéressante d’implantation des...

A fond sur les prairies de fauche et le pâturage !

Après une année d'observation/formation et une deuxième année d'expérimentation, le GIEE de la cuma la fourragère tire ses premiers enseignements : cap sur les prairies de fauche et le pâturage !
Voilà plus de deux ans maintenant que le groupe AEP/GIEE de la cuma la fourragère s'est mis en quête d'une meilleure autonomie fourragère, protéique et azotée. Deux années pour se questionner, se former, échanger, visiter des fermes autonomes et alimenter la réflexion sur l'évolution de son système. Deux années aussi pour expérimenter de nouvelles pratiques : quelques hectares de luzerne par ci, de méteil par là, ou de nouvelles prairies multi-espèces faisant une...

Quels leviers pour gagner en autonomie ?

Jeudi 18 février, nouvelle journée de formation pour les membres du projet "Agriculture Écologiquement Performante" de la cuma la Fourragère. L'objectif du jour : mesurer son degré d'autonomie fourragère et protéique et identifier des pistes d'amélioration.
Stéphane BOULENT (conseiller agriculture bio Chambre d'Agriculture 35) a restitué les diagnostics réalisés cet hiver sur les 11 exploitations. Il a également présenté différents indicateurs afin que chacun puisse mesurer son degré d'autonomie : coût alimentaire au regard du chargement hectare, autonomie surfacique, empreinte alimentaire, etc. Les participants ont ensuite échangé sur leurs objectifs ("pour moi, gagner en autonomie, ça veut dire quoi") et sur les leviers à...
S'abonner à Autonomie alimentaire

Partenaires