C'est quoi un bord de champs ?

 Free_icons.jpg  accueil

Sommaire

I.    C’est quoi un bord de champs ?

II.   Les enjeux des bords de champs

III.  Pourquoi entretenir les bords de champs ?

 



 

         I.      C’est quoi un bord de champs ?

Le bord de champ est la zone qui sépare l’espace cultivé du bord de la parcelle. Ce réseau de linéaires plus ou moins dense selon la structure agraire, est un élément essentiel en agriculture, bien qu’il soit un espace non cultivé. La création d’un bord de champ peut être d’origine naturelle (cours d’eau, zone boisée) ou anthropique (entre deux parcelles, fossé, chemin). Cette zone délimite le parcellaire et peut servir comme zone de transit pour les machines agricoles. Dans une optique purement agricole et de gestion à court terme cet espace est réduit au minimum, étant non consacré à la culture il est encore souvent considéré comme une perte d’espace.

 

Avec cette définition, les bords de champs peuvent être de nature très variable et leur composition très différente. Ils peuvent être composés des entités suivantes :

 

bande enherbée, haie, talus, cours d’eau, fossé, ripisylve.

 


 

       II.      Les enjeux des bords de champs

 

    De par leur composition et leur situation géographique, les bords de champs agissent différemment sur le système agricole. Cependant, ils remplissent de nombreuses fonctions essentielles et bénéfiques pour l’activité agricole, la protection de l’environnement et la diversification des activités (schéma Soltner D., 1995, 1998 et Zeneca Sopra, ONF, 1999). Il est aussi important de préciser que les rôles sont différents suivant la nature des bords de champs. En effet, leur efficacité varie selon leur composition.

 

schéma.jpg

 

 

  Malgré quelques contraintes maîtrisables que peuvent poser les bords de champs, ils paraissent plutôt comme des éléments positifs du système rural. Paradoxalement, ils sont encore souvent perçus comme des éléments contraignants à limiter au maximum. Cette destruction des bords de champs amène bien souvent des conséquences difficilement réversibles et maîtrisables. Ainsi, il semble nécessaire de trouver un équilibre enter la présence des bords de champs et le bon fonctionnement de l’activité agricole. Cette conciliation passe bien entendu par la recherche d’un système d’entretien adapté et facilement réalisable.

 

 


 

  

  III.   Pourquoi entretenir les bords de champs ?

Non seulement l’entretien des bords de champs peut être obligatoire au regard de la réglementation (cours d’eau), mais il est aussi nécessaire pour pouvoir maîtriser leurs rôles et leurs contraintes. Une bonne gestion des bords de champs est essentielle à l’activité agricole et à l’environnement permettant ainsi de contrôler leurs impacts.

   

       Maîtrise des rôles et des contraintes

Les bords de champs possèdent de nombreux avantages du point de vue agronomique et environnemental. Leur efficacité dépend en premier lieu de leur composition mais aussi de leur entretien. En effet, un bord de champ en déprise ou ne faisant l’objet d’aucune gestion raisonnée peut perdre la plupart de ses fonctions.

 

De plus, une gestion adaptée des bords de champs permet de contrôler et limiter les inconvénients de ces éléments.

 

En limitant la hauteur des haies, on peut jouer sur le paramètre ombre et on peut aussi contrôler le développement de certaines adventices par exemple.

 

Enfin, pour limiter l’accroissement en largeur du bord de champ, son entretien est nécessaire. Il permet de contrôler le développement des végétaux qui pourraient gêner la mécanisation sur la parcelle cultivée.

 

        Obligation au regard de la loi

Le bord de champ est principalement considéré par la réglementation quand il se situe en bordure de cours d’eau. En effet, il s’agit de la situation où il constitue une interface des plus sensibles de protection de la ressource en eau. Aucun règlement ne considère ainsi le bord de champ dans sa globalité.

  • Obligation d’entretien des cours d’eau : D’après le Code de l’environnement article L.215-14, l’entretien des cours d’eau non domaniaux est à la charge du propriétaire qui se doit d’entretenir les berges (faucardage, entretien de la ripisylve…).
  • Réglementation sur les Zones Non Traitées (ZNT)

    Extraits de l'arrêté interministériel du 12 septembre 2006 relatifs a la mise sur le     marché et à l'utilisation des produits visés sur l'article L25-1 du Code Rural.

Cette réglementation concerne les cours d’eau, plans d’eau, fossés et points d’eau permanents ou intermittents figurant en points, traits continus ou discontinus sur les cartes au 1/25 000e de l’Institut Géographique National modifiables par arrêté préfectoral. Elle définit la distance minimale pour laquelle la pulvérisation de produits phytosanitaires est interdite.

 

L’arrêté harmonise les largeurs de zones non traitées aux valeurs suivantes : 5, 20, 50 ou 100 mètres. Si aucune ZNT ne figure sur l’étiquette de l’emballage du produit de traitement, la zone non traitée à respecter est de 5 mètres minimum.

 

 

Il est possible de réduire les largeurs de ZNT de 20 ou 50 mètres à  5 mètres sous réserves :

-    d’avoir un dispositif végétalisé permanent en bordure des cours d’eau,

-      de mettre en œuvre un moyen permettant de diviser le risque pour les milieux aquatiques (comprend notamment les buses anti-dérives définies selon la liste publiée au Bulletin Officiel),

-      et d’enregistrer les traitements phytosanitaires effectués sur la parcelle.

 

La mise en place de dispositifs végétalisés de façon permanente d’une largeur minimale de 5 mètres, et d’une hauteur dans le cas des cultures hautes au moins équivalente à celle vde la culture, permet ainsi de réduire la largeur de la ZNT, donc, pour l’utilisateur d’avoir un choix de produits et des conditions d’utilisation de ces produits plus simples.

 

 

haut de page

Partenaires