Le NIR pour piloter ferti organique et ration

Toutes les actualités
HarvestLab
Le capteur Harvest Lab de John Deere (1) analyse et ajuste en temps réel les quantités de lisier épandues et la longueur des brins d’ensilage. Multi-usages, cet outil se place tour à tour sur l’ensileuse, puis sur la tonne à lisier. Différentes analyses sont possibles avec ce capteur, et les réglages matériels s’ajustent en temps réel pour apporter un plus dans la précision de sa fertilisation organique et de la qualité de sa ration.

Sur ensileuse, pour ajuster la longueur de coupe
« Le jour de l’ensilage va conditionner tout le travail d’une année. » Pour cette raison, Paul Nerrière, nutritionniste chez Terrena, insiste sur la nécessité d’anticiper les choix techniques avant le chantier, comme la date de récolte, la longueur de coupe, l’éclatage des grains ou encore la dose de conservateurs à utiliser. Dans ce sens, le capteur proche infra-rouge (NIR) proposé par John Deere, analyse en temps réel divers composants de la plante à ensiler (matière sèche, protéines brutes, amidon, fibres ADF et NDF). Placé sur l’ensileuse, la longueur de coupe s’ajuste alors automatiquement en fonction du taux de matière sèche. Autre utilisation possible du capteur, en poste fixe, où il analyse les fourrages fermentés. L’éleveur peut ainsi connaitre la composition de son ensilage, lui permettant un pilotage régulier de sa ration.

Sur tonne, pour piloter la fertilisation NPK
Placé sur tonne à lisier, ce même capteur est en capacité d’analyser la composition NPK du lisier porcin, bovin et des digestats de méthanisation, ainsi que le taux de matière sèche. Le capteur envoie alors les informations à la console du tracteur, qui régule automatiquement la vitesse d’avancement pour épandre une dose souhaitée. Pascal Levasseur, de l’IFIP, argumente sur la pertinence de réguler les quantités de lisier épandues : « la valeur fertilisante du lisier porcin s’établie entre 8 et 15 €/m3. L’hétérogénéité dans la fosse, même brassée, rend l’échantillonnage très aléatoire et les valeurs analysées peu représentatives. L’analyse en continue est une solution pour valoriser cette ressource, à condition qu’elle soit fiable. Et les contraintes environnementales à venir rendront sans doute la fertilisation organique de précision obligatoire. » L’outil proposé par John Deere permet de choisir une dose cible d’azote à épandre. Couplé à une carte de préconisation et à un système GPS, il peut aussi moduler les apports. Sur les autres paramètres, comme le phosphore, il est possible de régler une dose maximale à ne pas dépasser, qui plafonnera les quantités épandues. François Helfter, responsable agriculture de précision chez John Deere, argumente également : « Le lisier est hétérogène dans la fosse et chaque année, on l’épand dans le même ordre sur les parcelles, en commençant par exemple par les parcelles les plus ressuyées. On augmente alors l’hétérogénéité parcellaire année après année. » Le plus de l’outil : le capteur peut se placer sur toutes les marques de tonnes à lisier, puisque la régulation se fait par la vitesse d’avancement du tracteur.

Quid du coût et de la fiabilité ?
Pour le coût, cela dépend de l’équipement de départ du client. S’il possède déjà le capteur et la console, l’installation sur tonne à lisier s’élève à moins de 10 000 €. En n’ayant aucun équipement au départ, l’investissement est estimé à 35 000 €.
Question fiabilité, l’analyse des fourrages est précise à 98%. La précision d’analyse du lisier n’est pas encore certifiée aujourd’hui. Pour conserver une bonne précision, un étalonnement du capteur est réalisé deux fois par an.

(1) Présentation réalisée à la concession CBM Clouard à Pacé (35) le 26 janvier 2017

Pour plus d'informations, vous pouvez vous référer aux articles suivants :
- La précision à l'ensilage comme à l'épandage. Article de Pascal Bordeau (Entraid') : ici
- Le capteur analyse le lisier et le maïs. Article de Nicolas Goualan (Paysan Breton) : ici

Voir aussi les projets Teplis, Tixae et CALIN
Toutes les actualités

D'autres articles sur le même thème

Pour réussir son ensilage de maïs, de la préparation du chantier à la valorisation du fourrage, le réseau Cuma Ouest et ses partenaires mettent à disposition différents outils et ressources sur ouest.

Lire la suite de l'article

2 thématiques ont été abordées lors de la formation "actualisation des connaissances en agroéquipement et agronomie", pour les animatrices-animateurs agroéquipement de l'Ouest : la trac

Lire la suite de l'article

Les protéagineux (pois, lupin et féverole) sont des cultures exigeantes et délicates dans la conduite.

Lire la suite de l'article