L'avenir des légumineuses passe par l'autochargeuse ?

Toutes les actualités
autochargeuse et silo
Trois groupes ayant fait le choix de l'autochargeuse pour récolter leurs légumineuses se rencontraient le 21 décembre dernier.
Les cuma sarthoise de Piacé et des Mimosas accueillaient le groupe mayennais Alumé (Amélioration de l’autonomie protéique par la valorisation de la LUzerne, récoltée en foin et séché grâce à l’énergie du MEthaniseur).
Les échanges étaient axés sur l'organisation de la chaîne de récolte des légumineuses : choix des matériels et conditions de réalisation des chantiers de fauche (faucheuse à plat ? Groupe de fauche avant/arrière pour gagner en début de chantier ?), fanage (travail en binôme pour faner le plus rapidement possible après la fauche et maximiser le séchage), andainage (faut-il passer à l'andaineur à tapis malgré son coût ?) et récolte à l'autochargeuse (en libre-service ou avec un chauffeur dédié ? Quel coûts ? Quel impact sur le tassement des sols ? Etc.).
L'occasion aussi d'échanger sur le processus d'innovation à l'oeuvre dans ces trois groupes-pilotes du projet Luz'co : quelles formations et intervenants mobilisés ? Comment sont organisés l'échanges d'expériences et le suivi des essais ? Etc.
L'après-midi était consacré à la découverte de l'exploitation de l'un des adhérents - Fabien Denis - qui a mis en place plusieurs essais de prairies multi-espèces, de sur-semis en semis direct et d'associations céréales-légumineuses.
Rendez-vous est pris pour une rencontre similaire en Mayenne fin 2018.

Contact
Toutes les actualités

D'autres articles sur le même thème

Les protéagineux (pois, lupin et féverole) sont des cultures exigeantes et délicates dans la conduite. L’implantation est une opération importante, en terme de régularité et de profondeur de semis.

Lire la suite de l'article

Une application web simple et gratuite pour vous aider à établir vos coûts de revient prévisionnels d’investissement. Acheter un matériel en cuma, ça se raisonne !

Lire la suite de l'article

Mes terres ne sont pas faites pour la luzerne. L'autonomie protéique c'est trop compliqué pour mon exploitation.

Lire la suite de l'article