Cuma de Plurien : des boîtiers pour mieux connaître l’utilisation des tracteurs

Toutes les actualités
Exatrek cuma de Plurien -Dietrich Kortenbruck
Rencontré à Novi Sad (Serbie) lors d'une réunion du projet Smart AKIS - Smart Farming Network, Dietrich Kortenbruck, fondateur de la start-up allemande Exatrek était à la cuma de Plurien (22). Objectif : tester et faire évoluer ses boîtiers de suivi de matériels agricoles pour répondre aux besoins des cuma.
Tout naturellement, dès qu’il a été informé de la possibilité de tester de nouveaux boitiers sur les tracteurs, Nicolas Besrest, salarié responsable de la cuma de Plurien, s’est montré très intéressé pour rencontrer la start-up allemande.
 

Faciliter le suivi des données tracteurs 

Tout comme pour le suivi des moissonneuses, connaître plus précisément l'activité de chacun des tracteurs est un gage d'efficacité. L'objectif premier de la cuma est de pouvoir accéder de manière simple au suivi de 12 tracteurs de la cuma parmis lesquels sont recensées 4 marques différentes. Quatre marques, c’est autant de plateformes distinctes (Fendt Connect, JD-Link, Telematics et MF Connect)  pour consulter les informations. C’est forcément compliqué pour comparer et synthétiser les données.
Installés en quelques secondes, les boîtiers Exatrek simplifient les choses car ils permettent de récupérer automatiquement les données via la prise Isobus en cabine.
Exatrek cuma de Plurien - boitier sur Isobus

 

Ensuite, l’accès aux données des différents tracteurs se fait via une application smartphone et également via une unique plateforme Web. A signaler, au delà des temps passés par type d'activité, Exatrek est aussi en mesure de relever les consommations de carburant.
Pour plus de détails sur Exatrek : https://www.exatrek.de

Un boitier qui évoluera en fonction des besoins de la cuma

Autre enjeu pour Nicolas, envisager la récupération des données pour la facturation. Pour l’instant, ce n’est pas encore la vocation d’Exatrek, nous explique Dietrich. Mais là aussi réside l’enjeu de sa venue en France à la rencontre des cuma. Le modèle “cuma” n’existe pas réellement en Allemagne. “Pour nous, rencontrer les cuma, c’est comprendre les besoins et surtout faire évoluer rapidement le produit”. Des échanges réguliers en visioconférence afin de suivre l'utilisation des boîtiers et être à l’écoute de la cuma vont être organisés”, indique Dietrich. “Nous sommes dans une perspective de co-développement”. 
 
Exatrek cuma de Plurien -Echange Nicolas Besret - Dietrich Kortenbruck

Pour en savoir plus 

En partenariat avec :

Toutes les actualités

D'autres articles sur le même thème

« Je ne trouve pas assez de références » « Je voudrais savoir si d’autres groupes dans la région travaillent sur les légumineuses fourragères » « Quels sont les outils pour accompagner mon group

Lire la suite de l'article

Enfouir le lisier, est ce que cela demande un tracteur plus puissant ?

Lire la suite de l'article

L'usage des outils numériques présente-t-il un intérêt pour faciliter les dynamiques collectives en agriculture ?

Lire la suite de l'article