Association protéagineux/céréales : quelle stratégie de semis ?

Toutes les actualités
Feverole-triticale
L’association de cultures a des avantages, bien connus en agriculture biologique : maitrise des adventices, effet tuteur de la céréale pour le protéagineux et aussi une certaine sécurisation de rendement s’il y a un accident sur le protéagineux. Mais quelle stratégie d'implantation adopter ? En 1 passage ou 2 passages de semoir ? Semoir à céréales ou monograine ?






Les protéagineux (pois, lupin et féverole) sont des cultures exigeantes et délicates dans la conduite. L’implantation est une opération importante, en terme de régularité et profondeur de semis. Si on associe une céréale, on peut s’interroger sur la stratégie de semis à adopter. Les essais conduits depuis 3 ans, avec Terres Inovia (dans le cadre du projet PROGRAILIVE), ont pour objectifs d’apporter des réponses sur la stratégie la plus intéressante d’implantation des deux semences.

Féverole : le semoir monograine =  meilleure homogénéité et régularité de profondeur


L’essai féverole d’hiver/triticale, mené à Noyal dans les Côtes d’Armor, a pour but de tester différentes profondeurs de semis de la féverole. La préconisation de Terres Inovia sur la profondeur de semis de la féverole d’hiver dans notre région est de 8 cm, à cause du  risque de gelée. Il est difficile de régler un semoir céréale à une telle profondeur, et la céréale ne peut être mise à cette profondeur. C’est pour cela qu’il a été testé plusieurs modalités de profondeur pour la féverole :
  • 15 à 20 cm => semis de la féverole à la volée, labour, semis de la céréale au combiné de semis céréale
  • 5 à 7 cm => labour, semis de la céréale au combiné de semis céréale, semis de la féverole avec un semoir monograine (écartement 35 cm)
  • 3 à 4 cm => labour, semis de la céréale et de la féverole au combiné de semis céréale (en 1 passage ou en 2 passages)
semis feverole monograine

Les rendements de l’année 2018 étaient compris entre 34 et 43 quintaux pour la féverole, et 10 à 19 quintaux pour le triticale.
Les rendements de la féverole, semée au semoir monograine, étaient légèrement supérieurs, mais la différence avec le semoir combiné est faible.  Par contre avec un inter-rang de 35 cm, l’association du triticale apporte un intérêt pour la gestion des adventices, et produit un peu de céréales.

Lupin/triticale : semis des deux cultures décalés dans le temps = une piste


L’association du triticale au lupin, a le même objectif, diminuer la pression des adventices. Si les deux cultures sont semées à la même date, fin septembre, lorsque le lupin est prêt à être moissonné, la maturité du triticale est dépassée. Il peut alors grainé et parfois germé. C’est pour cela qu’une exploitation Ligérienne, à Rougé (44), a décidé de semer le triticale 1 mois après le lupin. Nous avons saisi l’opportunité pour comparer sa technique à des techniques plus classiques :
  • Semis en 1 passage à la même date, du lupin et de la céréale, avec un combiné de semis céréale
  • Semis en 2 passages à la même date, du lupin et de la céréale, avec un combiné de semis céréale
  • Semis en 2 passages à 2 dates différentes, du lupin et de la céréale, avec un combiné de semis céréale, mais avec la technologie GPS RTK (qui permet la répétabilité des passages dans le temps, donc revenir 1 mois après au même endroit) => 1/3 rang de lupin et 2/3 rangs de triticale
  • Semis en 2 passages à 2 dates différentes, du lupin avec un combiné de semis céréale et de la céréale à la volée
lupin triticale


Les rendements de l’année 2018 étaient compris entre 20 et 30 quintaux pour le lupin, et 10 à 13 quintaux pour le triticale. 
Le premier enseignement est que lorsque le triticale lève au même moment que le lupin, ce dernier est fortement concurrencé, et le rendement final est impacté. Le semis à deux dates pourrait être une piste intéressante, même si la gestion du salissement est plus difficile que pour la stratégie semis à la même date. Ce qui met encore plus d’importance sur le choix de la parcelle.
L’équipement GPS RTK a un coût non négligeable, mais la cuma facilite l’accès et l’usage d’un tel matériel. La stratégie choisie par l’exploitation permet d’utiliser pleinement les capacités du GPS RTK. Si ce matériel n’est pas disponible, il est possible de semer le triticale à la volée, mais un passage de herse étrille est nécessaire pour couvrir les semences. Attention le lupin levé est assez fragile.


Les deux essais « Féverole » et « Lupin » ont été récoltés cet été, retrouver prochainement les résultats.

  

En partenariat avec :

Toutes les actualités

D'autres articles sur le même thème

L'usage des outils numériques présente-t-il un intérêt pour faciliter les dynamiques collectives en agriculture ?

Lire la suite de l'article

19 Novembre 2019

Alors que les élevages bretons évoluent dans un contexte de forte dépendance aux importations de protéines végétales, qui posent de nombreuses interrogations sur le plan environnemental, sociétal et é

Lire la suite de l'article

"Trop de travail sur vos épaules ? " Et si vous déléguiez une partie de votre travail ?

Lire la suite de l'article