Assemblée générale de la FRcuma de l'Ouest

Toutes les actualités
Photo AG 2017 couv.
C'est dans une ambiance conviviale que s'est déroulée l'assemblée générale 2017 de la FRcuma. C'est 67 personnes qui étaient présentes dans l'amphithéâtre de la Chambre d'Agriculture de Rennes pour faire un bilan de l'année 2016 et rappeler l'importance du réseau dans un contexte actuel complexe.

Dans cette actualité de forte variabilité des prix et des produits agricoles, la maitrise des charges est un enjeu majeur pour la compétitivité des exploitations. Seuls des changements structurels peuvent permettre d’atteindre cet objectif.

Le partage des investissements, l’organisation collective des chantiers, sont leurs activités principales, mais il faut que les cuma restent attractives pour les agriculteurs, elles doivent s’interroger sur leur compétitivité et développer la productivité des matériels et de la main d’œuvre pour répondre aux attentes.

L'après-midi nous avons été heureux d'accueillir une centaine de personnes autour du débat animé par Franck Thomas et Pauline Latapie de la fédération nationale des cuma sur le thème : "Charges de mécanisation et organisation du travail : agir durablement pour la compétitivité des exploitations" en présence de nos invités Christophe Lambert agriculteur et président de CERFrance, Patrick Lemartinel responsable développement marché agriculture du Crédit Agricole de Normandie et Philippe Royer directeur de Seenergi.

FOCUS SUR L'après-midi

Débat : les cuma ont de l’avenir si….
Dans les bonnes années, les agriculteurs surinvestissement. Sur ce point, les trois participants à la table ronde sont unanimes. Ils confirment aussi les disparités énormes entre les exploitations sur le poste des charges de mécanisation. Une conclusion s’impose : il existe des marges de progrès, et  pour les exploiter, les agriculteurs doivent connaître leur coût de production et ce qui le compose.
Les cuma ont de l’avenir si elles portent un projet ambitieux, pronostique Philippe Royer. Doubler le nombre de cuma,par exemple, et les professionnaliser, fournir des services clés en main.
Il faudra innover, suggère Patrick Lemartinel. Dans les engagements pour gagner en flexibilité, et même dans le rapport aux matériels : la propriété des biens, c’est dépassé ; il faut raisonner l’usage des biens. Les cuma peuvent compter sur un gros avantage : non seulement elles apportent un service matériel, mais en plus elles permettent aux agriculteurs d’échanger entre eux.
Que faire ensemble ? Philippe Royer parle de « coopétition », coopération sur certains sujets, compétition et concurrence sur d’autres.

Retrouvez ici toute la revue de presse de cet événement

photo AG 2017 2
Photo AG 2017 2
Photo Ag 2017 3
Photo AG 2017 4
Photo AG 2017 5
Photo AG 2017 6

 

Rapport d'activité en PDF
Toutes les actualités

D'autres articles sur le même thème

Première évaluation de la mise en œuvre des Dinacuma à l’Ouest le 20 septembre avec les directeurs des fédérations et les animateurs les plus engagés dans ces accompagnements.

Lire la suite de l'article

Dans le cadre du projet TEpLis (nouvelles organisations de transport et d'épandage de lisier), des conseillers en agroéquipements cuma de l’Ouest et leurs partenaires ont rencontré M.

Lire la suite de l'article

De fastidieux à indispensable : de la carte de rendement à la carte de préconisation

Lire la suite de l'article

Horsch Partenaire des cuma